Avoir tord

Je vois de plus en plus souvent les gens écrire « avoir tord » (c’est parce qu’on m’a toujours dit que ce n’était pas bon d’écrire les fautes que j’ai ajouté la bonne forme à côté 😉).

Ce n’est pas pour les excuser (faut pas déconner non plus), mais je trouve ça amusant d’essayer de trouver l’origine des fautes d’orthographe (une sorte de retro-engineering, un peu comme une lexicographie de la faute).

Et j’ai une théorie.

Si si.

Un peu capilotractée, mais la faute nous laisse parfois coi (coite au féminin, pas de ï pour « dé-diphtonguer »).

J’ai toujours penser que l’origine de la faute venait du fait que celui qui avait tort déformait la réalité en fait, la tordait donc.

Et une expression courante illustre cette « théorie » à merveille: redresser un tort (peut-être plus fréquemment utilisée dans sa forme nominale, le redresseur de tort).

Si on redresse quelque chose, c’est bien parce qu’il était tordu avant, non?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s